L’ecoute active

Lorsque l’on communique, il y a clairement deux gros concepts à développer de manière … “plus ou moins” indépendantes: L’Ecoute et ce que j’appellerai l’Apport. Bon vu que je trouve que Apport c’est un peu naze, il y a des risques que je trouve une autre dénomination pour parler de la même chose dans un autre article.

Mais pourquoi “plus ou moins” indépendantes?
Et bien parce que l’un peut vivre sans l’autre, mais l’autre magnifie l’un et inversement proportionnel. Je m’explique. Apporter de nouvelles informations lors d’une discussion est tout à fait possible sans pour autant avoir écouter l’autre auparavant. C’est d’ailleurs ce qui arrive dans la plupart des cas.

Mais que se passe t il si avant d’ajouter votre petite dose de connaissances personnelles vous avez pris le temps d’écouter attentivement votre interlocuteur, et quels sont les bienfaits très rapidement visibles d’une Ecoute Active?

Ayons une pensée pour les deux fondateurs de l’écoute active que sont Carl ROGERS et Thomas GORDON. Ils sont tous les deux morts, on sait donc maintenant que l’écoute ne rend pas immortel. Mais pourtant vous avez l’occasion de laisser un souvenir impérissable si vous êtes capable d’écouter la personne en face.

Les bases de l’écoute active

Entrons dans le vif du sujet. Mr Rogers qui était psychologue s’est dit un jour: “Comment un clie…. euh un patient peut il livrer ses sentiments les plus enfouis à l’inconnu que je suis si il n’y a pas de relation de confiance entre nous?” Il a remarqué que 3 choses étaient essentielles à ça:

  • L’authenticité. Le but est d’éviter le langage paradoxal, c’est à dire une opposition entre ce que vous dites et ce que vous exprimez corporellement (verbal vs non verbal en gros). Et pour signifier au patient qu’il est un être humain comme vous.
  • La chaleur (non non, personne ne fera de saletés sur le divan du Dr Rogers), qu’on appelle aussi considération positive, consiste à accueillir le patient de façon inconditionnelle. Vous ne perdez pas du temps en jugements, et considérez l’autre tel qu’il est au moment présent et dans le contexte dans lequel il vit. Ca inclut d’adopter une attitude chaleureuse et encourageante.
  • L’empathie, ou l’art de se mettre dans les chaussettes du patient. On parlera aussi de verbalisation (qui est je pense plus parlant… !). Le praticien veut essayer de comprendre une situation depuis le point de vue du patient, et pour y arriver, va user de messages verbaux ou non verbaux et notamment va reformuler les éléments clés du message exprimé.

Gordon, la satisfaction mutuelle des besoins

C’est là que Mr Gordon arrive, et se dit qu’il peut sortir du travail de son collègue, des concepts forts et applicables chez chacun de nous. Je pense qu’il était important que je fasse une petite intro pour vous expliquer en profondeur les fondements de l’Ecoute Active.

Gordon pense qu’un échange réussi a pour postulat la satisfaction mutuelle des besoins. Et pour cela il va falloir savoir exactement quels sont les besoins de l’autre et lui faire comprendre qu’on les a bien noté. Deux choses donc primordiales: confronter les besoins et éviter les messages à risques comme l’ordre, la menace, la morale, le conseil, le jugement, ou encore l’ironie.

Deux outils structurent la méthode:

  1. Le message d’écoute

    Je parlais de confronter les besoins, comprendre donc ceux de l’autre fait partie du processus.
    Le concept est qu’il vaut mieux placer l’interaction au niveau des besoins qu’au niveau des personnes. C’est l’approche «gagnant-gagnant» ou «win-win».
    Pratiquer une écoute « active », c’est entendre et reconnaître les sentiments et les besoins de l’autre, et les lui reformuler.

    Exemple : « Je vois que vous êtes en colère. », plutôt que : « Arrêtez de vous énerver. »
    « X: Ce type de travail ne m’apporte plus rien.
    Y: Votre travail vous semble monotone et ne vous stimule plus.
    X: C’est cela, il faudrait que je trouve quelque chose de plus stimulant.
    Y: Quel type d’activité vous paraîtrait stimulant? »

    Essayez sur vos proches, lors de discussions enflammées et de débats, avant de faire passer votre message, reformulez ce que vous venez d’entendre, vous observerez un comportement totalement différent de votre interlocuteur. Il sera en effet satisfait de savoir que vous avez compris ce qu’il a essayé de vous dire, car il a dépensé de l’énergie pour vous convaincre et ça serait d’une frustration épique de se rendre compte que cette énergie a été dépensée pour rien.
    C’est aussi un moyen d’éviter tout quiproquo au cas où vous ayez compris de travers.

  2. Le message JE Cette fois, c’est à notre tour de se faire comprendre. Nous allons nous attribuer les choses et cesser de faire porter à l’autre toute la responsabilité. C’est le JE qui va parler et non pas le TU ou le VOUS.
    Lorsque l’on souhaite exprimer quelque chose, surtout lorsqu’il s’agit d’un problème, on se concentre souvent sur la personne pour se dédouaner de toute responsabilité, alors que le comportement utile à adopter est avant tout de se faire comprendre.
    Il n’y a rien de plus désagréable que quelqu’un qui vous passe un savon sans vous sachiez réellement ce qui le préoccupe. Sur le coup, vous pensez et c’est humain que son problème c’est vous alors qu’il en est totalement autrement.
    Le message efficace est celui qui dit “JE” parce qu’il décrit à l’autre notre ressenti et les faits.Exemples: Au lieu de « Vous n’avez pas fait le nécessaire, décidément, vous m’agacez !», tentez plutôt « Le rapport n’a pas été remis à la date prévue, je suis en colère. »
    « Je suis content que tu aies fait cela » plutôt que de dire: « tu as bien fait de faire cela. »

    Essayez d’imaginer votre réaction à la première phrase, et celle à la seconde. C’est totalement différent, et pourtant j’exprime la même chose de mon point de vue. Sauf que dans l’un des deux cas, mon besoin ne sera pas ressenti par mon interlocuteur.

Le but de l’évolution personnelle est d’être de plus en plus soi-même dans n’importe quelle situation au lieu de jouer un rôle

Carl Rogers

Le but de tout cela est de créer une relation authentique avec la personne. Partager en apprenant, et sortir d’une discussion a priori s’annoncant houleuse avec le sentiment d’avoir appris quelque chose, compris quelqu’un et que votre message a pu être transmis.

6 thoughts on “L’ecoute active

  1. Penses-tu que deux personnes qui travaillent leur écoute active peuvent justement avoir une relation authentique et des échanges épanouissants ou est-ce que cela pourrait constituter justement un effet pervers (une sorte de blocage) ?

    En cas l’article est intéressant et j’espère que l’on aura le droit à d’autres exemples relatifs à tes propres expériences dans tes prochains articles

  2. Au contraire deux personnes qui savent s’écouter vont partager beaucoup plus de choses et éviter la frustration qui fait très souvent partie d’une interaction habituelle.

    Une personne qui fait l’effort de reformuler mes propos et me montre qu’elle m’ecoute, me donne le sourir’aiN’ai envie de faire durer l’interaction et si c’est une jolie fille de lui demander son numéro :)

  3. Merci pour le complément d’information.

    L’année dernière j’ai suivi une formation pour développer l’écoute active par le théâtre d’improvisation. C’était original mais trés intéressant. En fait cette forme de théâtre ne s’appuie énormément sur l’écoute active et sur la reformulation. On reprend ce qu’a dit l’autre et on ajoute un élément, ce qui au final fait avancer l’interaction.

  4. Definitivement on se sent bien de par se blog
    je Suis Enseignant et je trouve ces concepts vraiment interessants
    je crois qu’il y a la quelque chose a travailler pour moi afin de faire comprendre a mes eleves tout l’interet que je leur Porte

    merci encore

    Mohamed

  5. Si ce que j’écris peut t’aider, c’est avec grand plaisir :)

  6. j’ai effectué un stage dans les années 90 sur cette méthode dans le cadre d’un formation lors d’un ces à la cité des sciences et de l’industrie.
    mais contrairement à ma famille qui me propose de lire mes notes souvent, je ne l’ai pas suivie et je perds pied quand il s’agit de régler des conflits car pendant l’apprentissage de ces concepts, je me suis pas assez investi mais je v

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>